L’Oxalis

 Posted by at 13 h 00 min  Paris, Restaurants  No Responses »
sept 072014
 

Il faut vraiment que je pense à noter tous les restaurants de qualité que nous découvrons dans Paris, car c’est bien utile lorsqu’on cherche un endroit sûr où passer un bon moment. En cela, l’Oxalis mérite vraiment le détour :

- Entièrement refait, belle déco, de l’espace entre les tables, des plantes vertes, et du calme (musique lounge légère)
- Un service très accueillant et réactif,
- Une carte originale avec de nombreux mets qui donnent envie d’être essayés (ce qui pousse à revenir) : foie gras poélé aux pêches, cocotte de pétoncles, millefeuille pistache, gambas à l’anis …
- Une très belle présentation dans l’assiette, et beaucoup de goût,
- Des portions adaptées permettant de tout manger sans se sentir lourd,
- J’apprécie particulièrement la présence de vrais légumes dans les plats (et non pas les sempiternelles frites),
- Le vin abordable (3.5€ le verre de rouge, 4-5€ en moyenne pour le blanc),
- Un menu complet entrée, plat et dessert le soir pour 30€,
- Et la proximité de Montmartre pour finir avec une promenade digestive :)

Nous nous en sommes sortis pour 44€ chacun (incluant apéro et verre de vin), à trois, et tous conquis.

Adresse : 14 rue Ferdinand Flocon, 75018 PARIS
Site : http://www.restaurantoxalis.com/

Les Gardiens de la Galaxie

 Posted by at 12 h 46 min  Cinéma  No Responses »
sept 072014
 

Les Gardiens de la GalaxieUne critique rapide pour dire que ce film est très fun. Il faut évidemment tout prendre au second degré pour  l’apprécier. Une belle dose d’action et d’effets spéciaux de qualité, des personnages attrayants et déroutants, mais quand même poilants, notamment le raton laveur et son pote groot sont une riche idée et qui ne nous lassent pas de leurs facéties.

L’histoire est un brin abracadabrante, mais ce n’est vraiment pas ce qu’on vient chercher dans un tel film. On veut en prendre plein les yeux, avec de nouvelles images, de nouveaux héros et de l’humour décalé. Et en cela, c’est très réussi et cela en fait le divertissement à voir cet été.

Synopsis
Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être …

Sortie en salle le 6 août 2014
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=196604.html

Lucy

 Posted by at 13 h 06 min  Cinéma  No Responses »
août 122014
 

LucyCela fait bien longtemps que je ne crois plus en Besson, et depuis Léon on ne peut pas dire qu’il nous ait livré quoi que ce soit de pertinent. J’ai donc abordé le visionnage de Lucy avec appréhensions.

Et dès les premières images, je suis rentré dedans, conquis par la manière de présenter les choses. La mise en place de l’intrigue est passionnante et va vraiment vous tenir en haleine. Voir Scarlett Johansson se faire piéger par son ami pour tomber dans les griffes du dealer de drogue, avec un réalisme incroyable, quelques touches d’humour, et en parallèle des scènes où on voit un guépard s’approcher de sa proie et la capturer, j’ai trouvé la réalisation excellente.

Ensuite il y la prise de pouvoir, qui elle aussi est amenée de façon intelligente et progressive, avec un nouveau parallèle, entre l’évolution du comportement de l’héroïne, et la conférence sur le cerveau par Morgan Freeman, qui nous explique sans le savoir ce qui est en train d’arriver à Lucy.

On se régale de ses nouveaux pouvoirs, qui donnent lieu à des passages captivants, et aussi à des moments plus fun à la Besson, comme une course en voiture ou une fusillade dans un immeuble.

A chaque évolution dans la maîtrise de son cerveau, Lucy nous fait une démonstration. Mais, et c’est en cela que je félicite Besson, nous ne sommes pas dans la surenchère et dans la facilité. Il aurait pu la transformer en super-héros et nous faire du n’importe quoi. Au contraire, au travers des conseils avisés de Morgan Freeman, il va la doter d’une conscience et une intelligence supérieure, qui aboutira sur un final surprenant et bien pensé. Je n’en dit pas plus, mais cela permettra à chacun d’interpréter à sa façon les dernières images.

Scarlett est splendide, que se soit en pleurant, suppliant le dealer de ne pas la tuer, ou ensuite en prenant le contrôle de son cerveau et montant en puissance, elle incarne à merveille ce personnage aux multiples facettes. Et elle passe de l’humain à l’inhumain en douceur, comme il convient à l’évolution de ses capacités.

Le film est court, 1h29, mais c’est le temps nécessaire pour traiter un tel sujet, sans faire de longueurs. Très bon rythme, histoire passionnante tournée de façon haletante, nous sommes sortis tous très satisfaits de ce visionnage, que nous avons ensuite commenté longuement, ce qui est toujours bon signe. Je vous le conseille donc fortement !

Synopsis
A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

Sortie en salle le 6 août 2014
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=186452.html

août 112014
 

La Planète des singes : l'affrontementJ’avais adoré le premier, mais celui ci me laisse dubitatif. L’impression de n’avoir pas vu ce que je voulais voir. Je suis probablement un peu trop attaché à l’histoire originale avec Charlton Heston, et j’espérais donc retrouver un peu la même histoire, avec les humains qui régressent et les singes qui les contrôlent.

Ici il s’agit plutôt d’un huis clos, tout se déroule entre le camp des singes et celui des humains. Nous sommes quelques années après le premier et en plein dans sa continuité. L’humanité à pris une claque avec le virus, les humains ont presque disparus, et le groupe de singe de César a commencé à s’organiser autour de lui, en paix, jusqu’à ce que les humains repointent le bout de leur nez.

Le film montre avant tout une lutte entre les sages (César et Malcolm), qui maintiennent la cohésion de chaque tribu, et les excités (Koba et Dreyfus) qui appellent à guerroyer. Quand les premiers échouent (par les manigances des seconds), le chaos et la mort s’imposent … jusqu’à ce que la raison reprenne le dessus.

L’histoire ne m’a donc pas vraiment interpellé, très prévisible, parfois même un peu trop facile. Par contre les effets spéciaux, tous ces singes qui parlent avec les mains, qui ont des mimiques et des regards expressifs, qui montent à cheval ou tiennent des armes … c’est bluffant de réalisme ! Magnifique ! Ils sont humains à en faire peur ! Heureusement quelques passages, très drôles, nous rappelleront qu’ils sont encore des singes (dans notre conception rassurante).

La communication entre eux est un point fort du film, ce langage des signes accompagné de quelques bruits de bouche ou de tapotement du corps, on imagine sans difficulté que cela pourrait être réel.

Mais le pilier de l’histoire, c’est bien sûr César. Joué à merveille, il est charismatique et impressionnant. Nous sommes loin du jeune singe du premier opus, il est maintenant très posé, très sage, jouant le rôle du patriarche de la tribu, il impose le respect par sa simple présence. Entre César et son ennemi Kobo, le réalisateur a réussi à démontrer l’intelligence de ces singes, qui pensent jusqu’au point de manipuler. La frontière entre eux et les humains n’existe pratiquement plus, que ce soit dans la sagesse ou dans la bêtise, nous nous ressemblons ! il y a une morale à prendre de tout cela.

Ce n°2 est donc surtout une lutte de caractères, interprétée par des acteurs splendidement incarnés et animés. Après, n’ayant pas été convaincu par le scénario, ainsi que par le rythme du film assez irrégulier, j’en ressors quelque peu déçu. Mais cela n’en retire rien au film qui mérite d’être vu rien que pour savourer la qualité et le jeu des singes et de César.

Synopsis
Une nation de plus en plus nombreuse de singes évolués, dirigée par César, est menacée par un groupe d’humains qui a survécu au virus dévastateur qui s’est répandu dix ans plus tôt. Ils parviennent à une trêve fragile, mais de courte durée : les deux camps sont sur le point de se livrer une guerre qui décidera de l’espèce dominante sur Terre.

Sortie en salle le 30 juillet 2014
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=206986.html

Divergente

 Posted by at 11 h 15 min  Cinéma  No Responses »
août 112014
 

DivergenteUn film de SF intéressant, axé sur une organisation de société originale, et s’appuyant surtout sur les personnages et l’intrigue autour des différentes factions. Pas d’effets spéciaux spectaculaires, mais une réalisation sans faute, qui mène une histoire dynamique et captivante.

Je m’attendais à un film pour ado puisque basé sur un roman à succès pour cette tranche d’âge, dans la même veine qu’un Twilight. Heureusement l’univers est bien plus riche et profond, et les acteurs autrement plus matures et charismatiques. Cela reste un film très accessible à tout public, avec un bon mélange entre action, découvertes et rebondissements, qui permet d’avaler les 2h19 sans s’en rendre compte.

Et cela m’a permis d’apprendre un mot : dystopie : l’inverse d’utopie, qui désigne un univers de fiction dans lequel l’organisation de la société a pour but d’empêcher le bonheur de sa population.

Synopsis
Tris vit dans un monde post-apocalyptique où la société est divisée en cinq clans (Audacieux, Érudits, Altruistes, Sincères, Fraternels). À 16 ans, elle doit choisir son appartenance pour le reste de sa vie. Cas rarissime, son test d’aptitude n’est pas concluant : elle est Divergente. Les Divergents sont des individus rares n’appartenant à aucun clan et sont traqués par le gouvernement. Dissimulant son secret, Tris intègre l’univers brutal des Audacieux dont l’entraînement est basé sur la maîtrise de nos peurs les plus intimes.

Sortie en salle le 9 avril 2014
http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=195022.html